Giraf - Groupe interdisciplinaire de recherche en agroforesterie

Nouvelles

image

Journée scientifique Agroforesterie - Drummondville, Québec

Le 7 février dernier, un panel d'experts en agroforesterie des milieux tempérés a convié producteurs, professionnels, étudiants et autres intéressés à participer à la première journée scientifique consacrée à ce sujet. Tenue à Drummondville et organisée par le comité agroforesterie du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ), cette journée a permis à onze conférenciers de présenter leurs résultats de recherche sur des sujets aussi variés que l'impact des changements climatiques sur les systèmes agroforestiers, l'implantation de cultures intensives de saules etla perception et l'adoption de l'agrosylviculture. Malgré cette grande diversité dans les présentations, la question de la multiplicité des acteurs et l'importance d'inclure et d'écouter agriculteurs et producteurs lorsqu'il s'agit d'agroforesterie sont sans cesse revenues.

Réparties par grandes thématiques (changements climatiques, agroenvironnement, qualité du sol, productivité et adoption), ces conférences ne cherchaient pas à dresser un portrait exhaustif, mais plutôt à attirer l’attention sur la diversité des projets menés actuellement en France et au Québec. Pour ne citer que quelques exemples, M. David Grandgirard, de l'Institut polytechnique LaSalle Beauvais, a présenté une initiative française d’adoption de systèmes agroforestiers où les questions de territorialisation et d’approches participatives sont centrales. M. Alain Paquette, de l’Université du Québec à Montréal, a démontré qu’au sein de milieux stressés, notamment par les changements climatiques, il devient plus évident d’observer les aspects de complémentarité entre les arbres et les cultures.

Outre la diffusion de résultats de recherche intéressants, cette journée aura aussi permis à des acteurs importants du Québec de se rassembler et de discuter ensemble de l’avenir de l’agroforesterie en milieux tempérés. À cet égard, M. Alain Cogliastro, de l'Institut de recherche en biologie végétale, a expliqué qu'un retour de l'arbre sur le territoire agricole du Québec serait hautement souhaitable puisque ce milieu était à l'origine forestier. En effet, on a tenté de transformer un milieu foncièrement forestier en une copie de milieu de prairie. Certes, nous avons ainsi obtenu certains succès, mais peut-être est-il venu le temps de laisser l’arbre reprendre sa place ?

Les présentations en format PDF sont disponibles sur le site Internet du CRAAQ à l'adresse suivante: http://www.craaq.qc.ca/comite-agroforesterie

[Mai 2013]